Jean Berger

   Avec sa moustache, sa mèche et son élégance « so british », Jean Berger est l'une des dernières figures historiques du circuit de Gueux et des « 12 heures de Reims, pour lesquels il a été commissaire de course. 
  Titulaire du permis depuis 1944, Jean Berger est recruté en 1950 pour intégrer l'équipe bénévole des commissaires de course, placés sous la direction du légendaire « Toto » Roche, « adoré ou honni, mais qui m'a tout appris et dont j'étais la tête de turc ».
   Six ans plus tard, M. Berger devient responsable des 180 commissaires de courses. Un « poste » qu'il occupera jusqu'à la dernière épreuve en 1969 et qu'il complétera pendant quelques années par les relations avec la Gendarmerie et le capitaine Tarratz, « aussi passionné que moi ». Cette présence constante sur le circuit de Gueux conduira Jean Berger à devenir directeur de courses pour la fédération française de sport automobile, sur les grands circuits : Montlhéry, Le Mans, Paul-Ricard, Pau, etc. M. Berger sera également rallyeman sur « Dyna-Panhard » jusqu'en 1968. Aujourd'hui encore, il est commentateur pour le départ du « Monte-Carlo historique ».
   Trente ans après, Jean Berger a des tonnes de souvenirs. Et le regret de n'avoir pas réussi — avec d'autres — « le pari » de transformer le circuit de Gueux en circuit permanent, faute notamment d'avoir pu racheter des terres aux agriculteurs. « C'est un échec qui m'a fait de la peine parce que Reims était un monument du sport automobile. Mais la région n'avait pas la capacité à gérer un tel circuit ».

d'après J.F.S. L'union l'Ardennais 17 septembre 2007

 

 

 

 

A 94 ans Jean Berger est toujours membre de notre club et participe à des sorties au volant de sa Lancia Fulvia Zagato de 1973


Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Association Véhicules d'Epoque de l'Automobile Club de Champagne